Le 22 mars 1968, des étudiants prennent d’assaut la fac de Nanterre. À peine un mois plus tard, leur mouvement s’étend à quasi toutes les universités du pays ; la Sorbonne devient une enclave rebelle au milieu de la République. Très vite, ils sont rejoints par les syndicats ouvriers. Les pénuries s’installent, l’État se retrouve paralysé. La grève — ou guerre, au choix — est déclarée.

Cinquante ans plus tard, le peuple gronde toujours. Comme en mai 68, ce climat dépasse largement nos frontières. Les enseignants britanniques se battent pour leur retraite ; les Dreamers, pour un passeport… Une vague de combats sociaux déferle actuellement sur l’Occident, tant qu’il semble difficile de lui échapper.

Si l’histoire se répète indéniablement, les luttes se mènent-elle différemment à l’ère de l’instantané ? Comment notre culture, des vêtements à la musique, peut-elle accompagner une révolte ? Dans quelle mesure ? Courrez dessiner vos peintures de guerre, on se charge de décrypter le reste. •

Sommaire de la semaine