Il y a environ 2.000 ans, le narcissisme est encore un vilain défaut qui entraîne la mort d’un beau gosse mythologique. Pour Dieu et la Bible, il s’agit même d’un péché menant au plus capital de tous : l’orgueil.

Dans un autre livre — La Culture du Narcissisme, écrit dans les années 70 — l’historien américain Christopher Lasch s’intéresse à sa normalisation dans notre société. D’après lui, la faute serait aux baby boomers qui, après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, se lancent dans une course à la possession et au paraître.

Depuis, Internet est arrivé. Avec l’avènement de la toile, chacun se rêve plus que jamais en centre du monde. Poster des photos de soi sur les réseaux sociaux est devenu un métier à part entière, plutôt lucratif même, et le nombre de « likes » récoltés sert de baromètre à l’amour propre.

Ce qui était une faute autrefois serait-il donc devenu une qualité aujourd’hui ? Comment nos icônes instrumentalisent-elles leur propre vanité ? Quel effet a-t-elle sur le grand public ? Que dire lorsque l’art s’en mêle ?

Peut-être découvrirons-nous ce qu’il est vraiment advenu de ce pauvre Narcisse… •

Sommaire de la semaine