Lorsqu’on évoque la musique punk, les premiers noms nous venant en tête sont généralement les Ramones, les Sex Pistols et The Clash, mais connaissez-vous Camera Silens ? Originaire de Bordeaux, ce groupe fait surtout parler de lui quand son chanteur se joint à une bande de braqueurs et attaque un Brink’s, raflant au passage 11,7 millions de francs — bien plus lucratif que toutes ses tournées en Gironde.

Le bandit à la guitare électrique ne se fait pas attraper. On pourrait alors le croire en fuite sur une île du Pacifique, caché dans un palace à Abu Dhabi ou une opulente forteresse chinoise, mais la vérité est moins séduisante. Dans son autobiographie tout juste parue, il raconte son évasion vers l’Espagne… où il tient un magasin de vinyles. Beaucoup d’efforts pour pas grand chose, néanmoins j’imagine que ce doit être cela, l’esprit punk : préférer les disques aux diamants…

Au demeurant, ce mouvement constitue l’un des plus essentiels de la mode contemporaine. Comment a-t-il changé notre perception de la création et le rapport aux vêtements ? Alors que son esthétique nous semble indissociable de Londres, comment les marques françaises la réinterprètent-elles ? Quelles pièces adopter pour survolter son style ? Comment les intégrer à ses looks ?

Enfilez vos Dr Martens… •

Sommaire de la semaine
  • La mode et le punk : une histoire sans fin ? 
  • Esther Bancel, le punk à la française
  • Punk my ride : 10 pièces mode pour se la jouer rebelle

(Crédits couverture : Daisy Walker, backstage Alexander McQueen, AW16)